Sa motivation: comment la développer?

La motivation est un élément fondamental. Elle joue un rôle déterminant dans notre capacité à atteindre nos objectifs. A surmonter les obstacles. Et à vivre une vie épanouissante. Que ce soit dans le domaine académique, professionnel, personnel ou même dans notre quête de bien-être. Mais qu’est-ce qui alimente réellement notre motivation ? Comment la cultiver et la maintenir à long terme ?

Cet article fait partie de mon défi. Je vais y synthétiser un livre d’Antoine de la Garanderie sur la motivation. Ce psycho-pédagogue français (1920-2010) a élaboré la pédagogie des gestes mentaux. C’est un moyen pour bien utiliser son cerveau.

 

GENERALITES SUR LE LIVRE « LA MOTIVATION » D’ANTOINE DE LA GARANDERIE

Cet ouvrage publié en 1996 et rédigé par Antoine de la Garanderie, aborde le thème de la motivation. Selon l’auteur, il est possible de se donner les moyens d’évoquer les moyens et les fins. Ce qui alimentera sa motivation conduisant à sa réussite.

Quelles sont les particularités de cette thèse?  La position de l’auteur quant à l’origine de la motivation, interne et non externe. La responsabilité que l’auteur attribue à l’accompagnant dans la réussite de l’éveil et du développement de la motivation chez l’apprenant. L’autonomie de l’apprenant que l’auteur assigne à l’accompagnement de la motivation.

Antoine de la Garanderie s’appuie sur les travaux de Juliette Favez-Boutonier qui a notamment théorisé l’entretien clinique et ses dimensions phénoménologiques. Il intègre dans sa réflexion les développements de cette psychanalyste sur la volonté.

 

POURQUOI CET ARTICLE SUR LA MOTIVATION EST-IL INTERESSANT?

Cet article va explorer le pouvoir de la motivation et découvrir des stratégies pratiques pour l’entretenir. Pour débloquer votre plein potentiel et transformer vos aspirations en réalisations concrètes. Préparez-vous à découvrir les secrets pour activer votre motivation et embrasser un avenir rempli de succès.

La motivation est essentielle dans différents aspects de la vie :

  • Réussite académique. Si vous êtes motivé à étudier, vous vous donnez toutes les chances pour obtenir de meilleurs résultats scolaires. Pour obtenir des diplômes et acquérir des connaissances précieuses.

 

Motivation-Réussite académique

 

 

  • Productivité professionnelle. Lorsque vous êtes motivé, vous êtes plus susceptible de rester concentré. De prendre des initiatives. Et de faire preuve de persévérance. Par exemple, un employé motivé à obtenir une promotion travaillera avec acharnement. Il sera proactif dans ses responsabilités. Et il se distinguera par son engagement.

 

  • Santé et bien-être. Si vous êtes motivé, vous serez plus enclin à faire de l’exercice régulièrement. A manger équilibré. Et à prendre soin de votre bien-être émotionnel.

 

  • Développement personnel. Lorsque vous êtes motivé à acquérir de nouvelles compétences, vous ouvrez la voie à de nouvelles opportunités. Par exemple, si vous êtes motivé à apprendre une nouvelle langue, vous pouvez suivre des cours. Pratiquer régulièrement. Et éventuellement communiquer avec des personnes du monde entier.

 

Motivation-Apprendre langue vivante

 

  • Accomplissement des objectifs. Lorsque vous êtes motivé, vous allez planifier vos actions. Persévérer face aux difficultés. Et rester concentré sur votre vision à long terme. Par exemple, un entrepreneur motivé à lancer sa propre entreprise prendra les mesures nécessaires. Il restera résilient face aux défis. Et fera tout son possible pour réaliser son rêve.

 

QUE DIT LE LIVRE SUR LA MOTIVATION?

La motivation nécessite chez l’apprenant l’évocation des fins et des moyens. Il doit par ailleurs se sentir capable de faire, d’agir, ce qui sera le cas si l’accompagnant lui montre les ressources à sa disposition. Mais il faut aussi lui laisser, par une véritable pédagogie de la volonté, la possibilité d’exprimer sa liberté de se prendre en charge personnellement. Pour cela, l’accompagnant veillera à adapter sa posture à l’apprenant.

Que se passe-t-il dans la tête d’une personne motivée?

La motivation naît quand la conscience prend conscience des raisons de ses choix et y adhère. Cette prise de conscience s’exerce par l’évocation : en évoquant le vrai, le bien ou le beau, la raison du choix du vrai, du bien et du beau se révèle, et la motivation en découle. Mais cette prise de conscience est insuffisante, elle est conscience de la finalité, celle du vrai, du bien ou du beau. Mais sans évocation des moyens conduisant à cette finalité, la motivation échoue.

Motivation-Le beau

Une personne préférentiellement motivée par les fins qui réussit dans sa motivation a nécessairement appris à évoquer les moyens. Chemin faisant, elle va de plus en plus se motiver par l’évocation des moyens qu’elle vivra comme un chemin vers la satisfaction des fins qu’elle vise. Dans une nouvelle activité, elle ne va pas oublier d’acquérir le moyen à mettre en œuvre (projet d’habitude) et elle va évoquer ce moyen (habitude de projet).

Une personne préférentiellement motivée par les moyens doit évoquer la fin, et elle peut y parvenir dans l’une des trois situations suivantes :

  • l’évocation de la fin d’une autre activité conduira à évoquer la fin de l’activité dont la personne maîtrise les moyens ;
  • l’évocation d’un autre moyen fera naître l’évocation de la fin ;
  • un autre contenu d’évocation donnera accès à la fin.

Etre motivé et être capable

Souvent, l’absence de motivation vient de la conscience erronée de l’incapacité. La société a une responsabilité dans l’absence de motivation chez certaines personnes. Elle a en effet confondu fins et moyens. En sélectionnant ses élites sur la base de critères spécifiques, elle a laissé sur le bord du chemin ceux qui ne répondaient pas à ses critères. Elle a ce faisant oublié que sa responsabilité était de donner les moyens à chacun de réaliser pleinement son potentiel.
Or en montrant comment les fonctions mentales cognitives peuvent être conduites, il est possible de rendre les individus motivés, car en capacité de poursuivre les fins qu’ils se sont données.

Motivation et affectivité

Antoine de la Garanderie aborde l’analyse du lien entre motivation et affectivité en distinguant motivation et entraînement irréfléchi vers des activités non explicitement voulues. Pour lui, cet entraînement irréfléchi n’est pas une motivation. Il peut constituer une échappatoire d’une situation où, par exemple, on ne dispose pas de la liberté nécessaire pour exprimer son être, et où on ne nous accorde pas la possibilité de faire acte de volonté, de nous prendre en charge personnellement. L’affectivité intervient ici précisément, dans l’échec de la volonté, donc dans l’échec de la motivation.

Selon Antoine de la Garanderie, la motivation naît avec la prise de conscience des quatre facteurs impliqués dans tout acte volontaire analysés par la psychanalyste et professeure de psychologie Juliette Favez-Boutonier :

  • la ténacité
  • la maîtrise de soi
  • la décision
  • l’initiative

Motivation-Décision

Antoine de la Garanderie déplore la conception pédagogique de la société qui privilégie les deux premiers facteurs au détriment des deux derniers, rompant ainsi l’équilibre, entre les quatre facteurs, nécessaire à l’éveil et au développement de la motivation.

Il donne des exemples d’expériences d’enseignants ayant su concilier les exigences des acquisitions mécaniques avec l’intelligence des finalités. On donne par exemple aux enfants le contexte de fabrication du pain, avec des images, des odeurs, des sons, et on leur demande d’évoquer ce contexte. Les enfants pensent aux quatre facteurs constitutifs de la volonté qui habitent le boulanger dans son process de fabrication du pain ; ainsi, on leur fait vivre le sens d’une activité humaine, c’est-à-dire la finalité du vocabulaire lié à ce contexte qu’on va leur demander d’acquérir. Puis on présente des mots de ce contexte, qu’on va leur demander d’évoquer.

On n’est pas motivé tout seul

La motivation de l’apprenant dépend de l’importance qu’il accorde à chacun des quatre facteurs de la volonté, et de la façon dont il répond aux deux questions suivantes : quel sens autrui a-t-il pour moi ? Quel sens ai-je pour autrui ?

Motivation-Décision

Dans le cadre de l’Education traditionnelle, l’accompagnant, s’appuyant sur sa propre expérience d’apprentissage de la volonté, va majorer l’importance d’un ou de quelques-uns des quatre facteurs de la volonté, et minorer, si ce n’est ignorer, les autres facteurs. Il va alors proposer à l’accompagné de développer sa volonté sur la base de cette expérience. L’accompagné a le choix d’accepter (composant) ou de rejeter (opposant) cette proposition pédagogique qui lui est faite.

Pour l’opposant comme pour le composant, son « positionnement » par rapport à un tiers est vital : il participe de son être. Dans une situation d’apprentissage (de gestes techniques complexes par exemple), le premier va observer l’exécution des gestes techniques, et se forger progressivement son propre modèle par ses évocations personnelles. Ce n’est que dans un second temps qu’il va revenir au modèle de l’accompagnant pour ajuster son modèle. Le second suivra une séquence inversée.

 

CONSEILS PRATIQUES POUR TRAVAILLER SA MOTIVATION

L’objet de cet article n’est pas de donner toutes les astuces possibles pour maintenir sa motivation jusqu’à l’atteint de l’objectif qu’elle s’est donnée. Il est juste de donner quelques exemples pratiques découlant de la lecture du livre.

Comment évoquer les moyens quand on évoque naturellement les fins?

Le verbe « évoquer » dans le sous-titre ci-dessus et dans ce paragraphe doit être compris dans la terminologie de la gestion mentale.

Quelqu’un qui n’évoque naturellement que les fins risque de voir sa motivation échouer à atteindre son but. Considérons quelqu’un motivé à apprendre le violon habité uniquement par la beauté de ses sonorités, et la virtuosité de ses prodiges. S’il ne sait pas comment tenir le violon, comment placer ses doigts sur l’archet ou comment positionner la main, sa motivation échouera. Pour assurer le succès à la motivation, il devra aussi évoquer les moyens de produire de belles sonorités de son violon.

Pour cela, la personne devra, lorsqu’elle écoutera les conseils du professeur de violon, ou lorsqu’elle le verra jouer, évoquer la situation où lui-même aura à jouer. Il devra élaborer dans sa tête des images. Par exemple, celles du professeur poser sa main sur le violon, tenir l’archet. Ou bien entendre les conseils du professeur sur ces façons de procéder, ou s’entendre lui-même parler. L’apprenant devra donc se mettre en projet de jouer du violon au sens de la gestion mentale.

Comment faire naître et entretenir sa motivation pour apprendre du vocabulaire et des procédés de fabrication? Exemple de la boulangerie

Les évocations de la gestion mentale

Pour apprendre le vocabulaire de la boulangerie et les étapes de fabrication du pain, la méthode classique indique de l’apprendre « par coeur ». C’est une méthode qui ne motive pas tout le monde, et qui n’est pas toujours efficace.

Une autre méthode s’inspire de l’approche de la motivation par la gestion mentale. Elle consiste à utiliser des évocations, et à évoquer les quatre facteurs de la volonté, et de la motivation, qui animent les boulangers. Je vous propose, pour illustrer cette méthode, de partir de la courte vidéo suivante: cliquer.

Motivation-Quatre facteurs volonté

 

Les quatre facteurs de la motivation

Je vous invite à évoquer le boulanger qui doit faire preuve de maîtrise de soi pour bien suivre toutes les étapes de fabrication du pain. Vous évoquerez sa ténacité car il doit se lever tôt (45 secondes de la vidéo). Vous évoquerez également sa décision de retirer le pain du four au bon moment. Enfin, vous évoquerez les initiatives qu’il prend pour maintenir l’attractivité de sa boulangerie en essayant une nouvelle farine bio (1 minute 40 secondes). Vous aurez donc évoqué les quatre facteurs de la motivation du boulanger.

Ensuite, vous évoquerez ce qui plaît chez les clients de cette boulangerie: vous évoquerez un pain moelleux qui se conserve plusieurs jours (5 minutes 29 secondes -> 6 minutes 29 secondes). Vous évoquerez ce qu’il faut faire pour en arriver là. Evoquer la matière première, la farine bio. Vous vous aiderez de l’image située à 1 minute 48 secondes de la vidéo. Cette farine est issue d’une minoterie, premier mot de vocabulaire à apprendre, que vous évoquerez en vous appuyant sur sa définition. Vous évoquerez ensuite les meules de pierre (1 minute 55 secondes), second mot de vocabulaire, qui transforment les céréales en farine. Vous évoquerez les avantages de ces meules, et notamment ceux en lien avec ce que recherchent les clients.

Vous évoquerez ensuite le traitement de cette farine, d’abord par le pétrin (2 minutes 18 secondes), troisième mot de vocabulaire. Vous aurez alors à évoquer les étapes de fabrication du pain: pointage, mise en froid. Vous évoquerez le client qui se régale du pain grâce à cette opération de lamage à l’aide d’une incisette. Et pour ceux qui nourriraient un projet de sens de découvreur (au sens de la gestion mentale), je suggère d’apprendre les autres étapes de la fabrication du pain.

Partagez autant que vous le souhaitez :-)
 
        
 
  
 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :